Sélectionner une page

Crise écologique : la 5ème limite planétaire est franchie !

22/01/2022

On savait que les activités industrielles et agro-industrielles enfoncent déjà 4 limites planétaires. En effet, elles dérèglent le climat de notre seule planète habitable, détruisent la biodiversité, dégradent les sols et perturbent le cycle de la potasse et de l’azote. Pour la première fois, des scientifiques ont quantifié une nouvelle limite planétaire, et le résultat est dramatique.

 

Qu’est-ce qu’une limite planétaire ?

 

L’humanité habite la Terre et exerce sur elle des pressions, en particulier par la puissance de ses industries et l’étendue de ses surfaces agricoles. En dépassant certaines limites, ces pressions perturbent les équilibres écologiques, provoquent des basculements vers un état dégradé et augmentent le risque d’effondrement écologique. L’exemple le plus connu est le réchauffement climatique. En dégageant d’importantes quantités de CO2 et de méthane malgré les alertes scientifiques depuis plusieurs décennies, les industries fossiles déstabilisent le climat.

Selon les scientifiques, il existe 9 limites planétaires. Accrochez-vous, ça fait froid dans le dos.

 

1/9 : Couche d’ozone

Les industries du froid et les bombes aérosol utilisaient beaucoup des gaz nouveaux, les CFC. Ces gaz CFC avaient des substituts moins nocifs. L’industrie a pu réduire les émissions de CFC à un niveau modéré depuis les années 90 et le protocole de Montréal. Cette régulation a stabilisé le fameux « trou dans la couche d’ozone ».

 

2/9 : Réchauffement climatique

Le réchauffement climatique n’est pas maîtrisé. L’humanité émet bien trop de carbone, notamment en brûlant le pétrole, le gaz, le charbon.

 

3/9 : Acidification des océans

Les émissions de carbone sont à l’origine du réchauffement climatique, mais elles acidifient aussi les océans. Le pH a baissé de 11 points entre l’ère préindustrielle et les années 90 et baisse de plus en plus vite. Ceci affecte la vie marine (organismes calcifiés, plancton). Le phénomène est irréversible pour au moins plusieurs dizaines de milliers d’années. La limite planétaire est proche mais pas dépassée.

 

4/9 : Cycles azote et phosphore

Non maîtrisé : l’agriculture intensive consomme trop d’azote et de phosphore. Les engrais azotés polluent les nappes phréatiques, étouffent les écosystèmes aquatiques et dégagent un gaz à effet de serre, le protoxyde d’azote. La limite planétaire de l’azote est largement dépassée. Le phosphore, lui, est miné. Il en reste pour quelques décennies. Le phosphore stimule la croissance des plantes, mais 90 % est perdu dans les milieux aquatiques et les prive d’oxygène (zones mortes). Cette limite planétaire est dépassée.

 

5/9 : Eau douce

Les captations d’eau douce (agriculture, industrie) et la dégradation des couverts végétaux (dont déforestation) perturbent le cycle de l’eau. Cela assèche les bassins versants et modifie les climats locaux. La limite planétaire n’est pas franchie, malgré d’importants dépassements régionaux.

 

6/9 : Abondance ou extinction des espèces

La biodiversité est en péril, principalement par suppression des lieux de vie et surpêche. Cette limite est largement franchie : nous sommes à l’aube de la sixième extinction. Préserver les habitats naturels et sauvages est urgent.

 

7/9 : Changement d’usage des sols

L’agriculture, et en particulier l’agriculture commerciale, conduit à la déforestation, notamment dans les régions tropicales (plusieurs millions d’hectares par an). Malgré l’existence d’agricultures moins nocives (polyculture et agro-foresterie) cette limite est dépassée. Par ailleurs la qualité des sols agricoles est dégradée.

 

8/9 : Aérosols

C’est la pollution aux particules fines ou très fines, qui s’ajoute aux poussières de sable venues des déserts et aux micro-cendres volcaniques. Les particules viennent des diverses combustions (bois de cheminée, moteur de voiture, industries). Elles réduisent notre espérance de vie d’environ 2 ans et ont une influence sur le climat (refroidissement global).

 

9/9 : Pollution chimique (entités nouvelles)

Les scientifiques n’avaient pas vraiment quantifié cette limite jusqu’à aujourd’hui.

 

Cette nouvelle limite planétaire franchie : la pollution chimique

 

La pollution plastique et l’invention de molécules nouvelles par les industries pétrochimiques n’est pas une nouveauté. Pourtant, c’est bien cette limite, étudiée sous le nom « d’entités nouvelles », que l’on doit désormais considérer comme dépassée.

Ces substances de synthèse incluent le glyphosate, les nanoparticules, les microplastiques, etc. Il y aurait 350 000 produits chimiques différents sur le marché. L’Union européenne répertorie 150 000 substances, dont seulement 2 % font l’objet d’une évaluation partielle. Il y a une grande variété de molécules, et une grande variété de pollutions ou d’effets indésirables.

 

Gobelet

Polypropylène, polyéthylène, cyanurotriamine et bisphénol A sur la plage

 

Voici un extrait du résumé de l’article scientifique :

« La production et les rejets annuels augmentent à un rythme qui dépasse la capacité mondiale d’évaluation et de surveillance. Des entités qui sont nouvelles au sens géologique pourraient menacer l’intégrité des processus du système terrestre. La pollution plastique est un aspect particulier très préoccupant. Notre conclusion est que l’humanité opère actuellement en dehors des limites planétaires établies pour plusieurs variables de contrôle. Nous recommandons de réduire la production et les rejets de nouvelles entités. »

En clair, l’abondance de substances artificielles nouvelles constitue une grande réserve de menaces potentielles. En particulier, on s’expose à d’importants risques si ces particules présentent simultanément les trois caractéristiques suivantes :

  • avoir pour effet d’abîmer un processus vital
  • que les scientifiques n’identifient cet effet qu’après qu’il aura atteint une dimension mondiale
  • que cet effet ne soit pas réversible.

Peut-être faites-vous un parallèle avec l’amiante. Les industriels en ont longtemps fait la publicité, puis les pouvoirs publics l’ont interdit, mais il y en a encore dans un grand nombre de maisons et nos ouvriers en meurent encore. D’autres scandales touchant l’homme ou la nature pourraient être en préparation.

 

Image

Conclusion

 

Les journaux ne vous en parleront malheureusement pas assez. Pourtant, ce sujet est d’une immense importance. Mais il n’attire pas l’attention des grandes rédactions.

Faire face à ces limites est un devoir moral. Premièrement, nous devons renoncer aux futurs obsolètes. Ensuite, nous devons réduire la production, trouver des alternatives écologiques, changer de modèle agricole et imposer des règles dures aux industriels et aux grands détenteurs de capitaux. Nous devons bien sûr démanteler les industries les plus polluantes.

Autrement dit, il s’agit de réintégrer l’économie dans les limites de la nature.

Si nous ne sommes pas sérieux face à ces enjeux, si nous laissons faire les forces de l’argent et de la continuité, alors notre humanité, en seulement deux ou trois siècles, n’aura pas su empêcher la brutale destruction de ce que notre planète a de plus précieux.

 

Pour aller plus loin :

Les limites planétaires, de Aurélien Boutaud et Natacha Gondran, La Découverte, 10 €
L’article scientifique à l’origine de cette publication : Outside the Safe Operating Space of the Planetary Boundary for Novel Entities
Un article similaire sur Bon Pote

Articles suivants

S'abonner

Recevez nos conférences, articles et vidéos pour l'écologie et la démocratie. Gratuit, pas d'usage commercial.

Actualités

Barrage contre barrage

Les électeurs français ont porté Marine Le Pen et Emmanuel Macron au second tour. On en prend acte. C'est la "gueule de bois démocratique", selon l'expression de l'éditorialiste Alexis Poulin. L'enjeu est lourd, il en va du destin de la France pour 5 ans, et peut-être...

5 questions à Nicolas Martin : « Nous sommes en absurdie »

Nicolas Martin enseigne la musique à des enfants dans les écoles élémentaires. Trouvant absurde le monde autour de lui, il a écrit "Non à la France à la dérive, en finir avec la lâcheté et les reniements ordinaires" (Editions de Paris, Max Chaleil, 18 €).   1)...

Pour qui voter ce dimanche ?

Vous voulez voter mais vous n'avez pas encore fait votre choix pour dimanche ? L'écologie et la démocratie comptent pour vous ? Voici notre point de vue pour vous aider à choisir.   Ecologie   Pour la grande majorité des observateurs, deux candidats font...

5 questions à Paule Bénit : « les SDHI sont toxiques pour tous les êtres vivants »

Paule Bénit est ingénieure de recherche en biochimie et biologie cellulaire à l'INSERM (1). Avec une équipe de chercheurs, elle a découvert l'existence de pesticides nocifs appelés SDHI. Elle a lancé l'alerte dès 2017 par téléphone auprès de l'ANSES (2), puis, en...

Clément Sénéchal : « Réélire Macron, une catastrophe pour l’écologie »

Clément Sénéchal, porte-parole climat de Greenpeace France, a donné un très bon entretien au magazine Frustration. Il y explique en quoi réélire notre président actuel serait une bien mauvaise idée, et même une catastrophe pour l'écologie.   Climat disparu  ...

5 questions à Ghislain Tissot : « L’euro est un veau d’or »

Ghislain est ingénieur. Il fait partie des membres fondateurs de notre association. Alors que l'euro a 20 ans, il publie "L'euro, une monnaie sacrée" (Amazon, 16,87 €).   1) Bonjour Ghislain ! Dans ton livre, tu compares notre monnaie, l'euro, à une divinité....

Ce que nous dit le nouveau rapport du GIEC, par Kim Nicholas

Que dit le nouveau rapport climat du GIEC, dans un langage clair ? Je vais essayer d'expliquer le résumé pour les décideurs, sans utiliser de vocabulaire compliqué. Alors voilà. Les scientifiques en sont certains : le changement climatique menace les populations et la...

Les 6 ennemis de l’écologie

Dans son numéro de janvier, le mensuel CQFD nous explique qu'il faut "en finir avec une écologie sans ennemis". En nous appuyant sur leur dossier, on peut faire la liste des ennemis de l'écologie, et il y en a 6 !   Au-delà des petits gestes   Il existe une...

Le débat écologique est si mauvais que les scientifiques s’en plaignent !

Ce mardi 1er février, une tribune signée par 1400 scientifiques est parue sur le site franceinfo. Ils se plaignent de la piètre qualité du débat démocratique sur les questions écologiques.   Qui a signé ?   Parmi les signataires, on trouve nos plus éminents...

5 questions à Inès Corinto : « les élus ne sont pas conscients du risque d’insécurité alimentaire »

Inès Corinto est une militante engagée pour l'environnement. Elle est chercheuse à l'association Intui Chain Lab qui accompagne des collectivités en matière de résilience. Conseillère municipale, elle a été candidate aux élections départementales de 2021 sous...

5 questions à Catherine Ritz : « L’Antarctique de l’Ouest pourrait s’effondrer et partir dans l’océan »

Catherine Ritz est glaciologue de haut niveau, directrice de recherche au CNRS. Elle est spécialiste de la calotte polaire antarctique. Elle a développé des modélisations informatiques des calottes glaciaires sur plusieurs siècles.   Attention ! Ne confondez pas...

Frédéric Viale : Yannick Jadot, le Canada dry de l’écologie

Frédéric Viale est militant altermondialiste. Il a participé à créer l'association ATTAC et est membre des Constituants. Il est opposé au libre-échange et à l'organisation qui en fait la promotion la plus acharnée : l'Union européenne. Frédéric Viale a écrit plusieurs...