Sélectionner une page

5 questions à Alice Desbiolles : « La sensibilité aux enjeux écologiques est intimement politique. »

6/09/2022

Alice Desbiolles est médecin de santé publique et épidémiologiste. Spécialiste en santé environnementale, elle a publié « L’éco-anxiété : vivre sereinement dans un monde abîmé » (Fayard, 2020). Elle a critiqué la gestion gouvenementale autoritaire du Covid dans les médias.

 

1) Bonjour docteure Desbiolles, qu’est-ce que l’éco-anxiété ?

En quelques mots, l’éco-anxiété est un état d’âme, une sensibilité qui résulte d’une prise de conscience des désordres environnementaux du monde, causés notamment par certaines activités humaines : agriculture intensive, déforestation, pollution, destruction de la part sauvage du monde, conflits et tensions sociales…. Cette éco-anxiété se traduit notamment par une certaine anxiété anticipatoire, l’avenir étant perçu comme compromis. Elle est aussi provoquée par une réponse collective et politique absente ou inadaptée.

Précisons que tout le monde peut devenir éco-anxieux, car les enjeux écologiques nous concernent tous.

 

Eco-anxiété

 

2) Il est de plus en plus visible que le climat se dérègle. Selon une étude (1), 85% des Français en sont inquiets. Doit-on voir l’avenir en noir ?

Je ne suis pas dans la prescription, je ne dis pas comment il faut percevoir l’avenir. Je pense qu’il est très difficile de se projeter avec une vision négative ou désespérée de l’avenir. La peur n’est pas une émotion fédératrice sur le long terme. Je préfère l’espérance et l’action à la déploration.

Il convient de naviguer entre les constats rationnels et relativement consensuels des scientifiques (GIEC, IPBES), nos propres perceptions quant  l’évolution du monde, et tout un panel de solutions désirables que l’on peut mettre en place pour ne pas éteindre nos espérances et nos aspirations.

 

3) Lorsque l’on a cette prise de conscience, on essaie d’agir individuellement. On évite le gaspillage, on éteint la lumière, on s’empêche de prendre la voiture, parfois au point de se torturer la vie, surtout quand les autres habitants du foyer ne jouent pas le jeu. Ça en devient une charge mentale. Peut-on se faciliter la vie sans culpabiliser ?

Nous vivons entourés de personnes, famille, amis ou collègues, qui peuvent ne pas partager ces préoccupations. Ou faire preuve d’une adhésion de principe plutôt qu’en actes. La question est donc : comment se positionner pour ne pas tomber dans la culpabilité, l’indifférence ou le ressentiment ?

Dans mon ouvrage, je développe plusieurs pistes en ce sens. En premier lieu, la résolution de l’éco-anxiété nécessite de régler les causes systémiques et globales qui la provoquent. Ou a minima d’apporter une réponse politique adaptée et démocratiques aux problèmatiques environnementales, et donc sociales, qui nous percutent.

Il ne faut pas faire porter aux seuls individus le poids de la responsabilité des dérèglements du monde, surtout lorsque les trois quarts des réduction de carbone sont entre les mains des entreprises et de l’Etat. Les causes de l’éco-anxiété sont systémiques, globales et internationales. Elles demandent une réponse systémique, globale et internationale. Cette réponse dépasse les capacités d’action d’un individu.

 

Atlas porte le monde

Atlas portant la voûte céleste sur ses épaules

 

Les « petits gestes » ne sont pas suffisants, mais ils sont importants et nécessaires. Ils présentent de nombreux co-bénéfices. La mobilité à pied ou à vélo réduit la pollution et constitue une bonne activité physique. Réduire la consommation de protéines animales est bon pour la santé.

Pour autant, les défis écologiques ne peuvent pas servir de prétexte à réduire les droits et les libertés des populations. La transition que j’appelle de mes voeux mène au contraire à une société plus juste et démocratique.

 

4) Dans ce cas, peut-on guérir de l’éco-anxiété par l’action collective ?

Je n’utiliserai pas le mot « guérir » car l’éco-anxiété n’est pas une maladie. Quand on est éco-anxieux, on le reste. A moins que les causes de l’éco-anxiété disparaissent, mais nos sociétés n’en prennent pas le chemin.

C’est toute la question de mon livre : comment vivre, s’épanouir, grandir, avec cette sensibilité au monde ?

La sensibilité aux enjeux écologiques est vectrice d’émancipation, de sens, de liberté. Elle est intimement politique car elle permet de s’engager et de se réapproprier son destin environnemental.

Entre contrainte autoritaire et déresponsabilisation, il est important de trouver un juste équilibre, tant à l’échelle individuelle que collective.

 

 

5) Depuis plus de deux ans que le Covid-19 est apparu, plusieurs vagues de contaminations ont eu lieu et les derniers variants semblent moins virulents. Est-ce la fin de toute cette histoire ?

Malheureusement, je ne pense pas.

D’abord, nous entrons dans l’ère des pandémies, pour reprendre le titre du rapport « Echapper à l’ère des pandémies » de l’IPBES (2). Que le Sars-Cov-2 disparaisse ou devienne endémique ne veut pas dire qu’il n’y aura pas d’autres pandémies.

Si la fuite de laboratoire ne peut être exclue, le rapport insiste sur les causes anthropiques d’émergence d’agents pathogènes : la déforestation, le trafic d’animaux sauvages et la perte de la biodiversité. Ce sont des facteurs de risque pour la santé humaine, avec la possibilité d’émergence d’agent pathogènes dangereux ou pandémiques. Le lien entre santé des écosystèmes et santé humaine est ilustré par le concept « une seule santé » ou « santé planétaire ».

Pour éviter le risque de transmission vers l’homme, il faut revoir de manière globale notre manière d’habiter le monde et bien comprendre que la santé humaine s’inscrit dans le respect des autres formes de santé. Cela passe par des changements de paradigmes profonds, économiques, sociétaux, philosophiques… La vie et le bien-être sur terre de l’espèce humaine dépendent de la santé planétaire et de la santé des autres vivants.

 

Merci docteure !

Couverture du livre

L’éco-anxiété, vivre sereinement dans un monde abîmé, Fayard, 2022, 18 € (lien)

 

(1) Rapport IFOP, 2018
(2) Rapport de l’IPBES « Echapper à l’ère des pandémies »

 

Articles suivants

S'abonner

Recevez nos conférences, articles et vidéos pour l'écologie et la démocratie. Gratuit, pas d'usage commercial.

Actualités

Fête de la démocratie le 8 octobre à Saint-Léonard-de-Noblat

Samedi 8 octobre, notre association organise la première édition de la Fête de la démocratie. Ce sera une journée conviviale et passionnante sur la démocratie. Un thème fondamental !   Au programme   Avec Clara Egger, candidate à la présidentielle pour le...

Violences sur les gilets jaunes : appel à enquêtes parlementaires

Ecologie & Démocratie s'associe à l'appel pour la création d'enquêtes parlementaires sur les violences faites aux Gilets jaunes Le mouvement des gilets jaunes a, dès l’origine, présenté des revendications qui auraient pu déboucher sur un large débat au sein du...

Les 4 doléances du peuple

Des citoyens viennent d'analyser les doléances issues du soulèvement des Gilets jaunes. Alors, que veut le peuple ? Dans un article du Monde diplomatique de juin 2022, on apprend qu'un groupe de chercheurs et de citoyens a décortiqué les archives départementales de...

5 questions à Josée Provençal : « Nous devons parler de décroissance pour la préparer »

Josée Provençal est québécoise. Diplômée d'histoire, elle est docteure en science politique à l'université d’Ottawa. Elle est spécialiste des questions de décroissance et d'énergie. Elle participe à la fondation en France de l'Observatoire de la post-croissance et de...

Barrage contre barrage

Les électeurs français ont porté Marine Le Pen et Emmanuel Macron au second tour. On en prend acte. C'est la "gueule de bois démocratique", selon l'expression de l'éditorialiste Alexis Poulin. L'enjeu est lourd, il en va du destin de la France pour 5 ans, et peut-être...

5 questions à Nicolas Martin : « Nous sommes en absurdie »

Nicolas Martin enseigne la musique à des enfants dans les écoles élémentaires. Trouvant absurde le monde autour de lui, il a écrit "Non à la France à la dérive, en finir avec la lâcheté et les reniements ordinaires" (Editions de Paris, Max Chaleil, 18 €).   1)...

Pour qui voter ce dimanche ?

Vous voulez voter mais vous n'avez pas encore fait votre choix pour dimanche ? L'écologie et la démocratie comptent pour vous ? Voici notre point de vue pour vous aider à choisir.   Ecologie   Pour la grande majorité des observateurs, deux candidats font...

5 questions à Paule Bénit : « les SDHI sont toxiques pour tous les êtres vivants »

Paule Bénit est ingénieure de recherche en biochimie et biologie cellulaire à l'INSERM (1). Avec une équipe de chercheurs, elle a découvert l'existence de pesticides nocifs appelés SDHI. Elle a lancé l'alerte dès 2017 par téléphone auprès de l'ANSES (2), puis, en...

Clément Sénéchal : « Réélire Macron, une catastrophe pour l’écologie »

Clément Sénéchal, porte-parole climat de Greenpeace France, a donné un très bon entretien au magazine Frustration. Il y explique en quoi réélire notre président actuel serait une bien mauvaise idée, et même une catastrophe pour l'écologie.   Climat disparu  ...

5 questions à Ghislain Tissot : « L’euro est un veau d’or »

Ghislain est ingénieur. Il fait partie des membres fondateurs de notre association. Alors que l'euro a 20 ans, il publie "L'euro, une monnaie sacrée" (Amazon, 16,87 €).   1) Bonjour Ghislain ! Dans ton livre, tu compares notre monnaie, l'euro, à une divinité....

Ce que nous dit le nouveau rapport du GIEC, par Kim Nicholas

Que dit le nouveau rapport climat du GIEC, dans un langage clair ? Je vais essayer d'expliquer le résumé pour les décideurs, sans utiliser de vocabulaire compliqué. Alors voilà. Les scientifiques en sont certains : le changement climatique menace les populations et la...

Les 6 ennemis de l’écologie

Dans son numéro de janvier, le mensuel CQFD nous explique qu'il faut "en finir avec une écologie sans ennemis". En nous appuyant sur leur dossier, on peut faire la liste des ennemis de l'écologie, et il y en a 6 !   Au-delà des petits gestes   Il existe une...