5 questions à Anaëlle : « Nous devrions faire un vrai point sur nos besoins »

6/12/2022

Citoyenne responsable et militante engagée, Anaëlle choisit les causes environnementales qui lui semblent justes. Anaëlle a suivi les travaux concernant le gaz de couche en Moselle. Aujourd’hui elle s’implique aussi pour créer des liens inter-associations et organise des chantiers de plantation de haies.

 

1) Bonjour Anaëlle. Qu’est-ce que le gaz de couche ou de houille ?

 

Le gaz de couche est le gaz retenu prisonnier dans les couches souterraines de charbon.

Il est à différencier du gaz de mine. Sur le plan physique, c’est le même gaz, mais le gaz de mine apparaît spontanément dans les anciennes mines de charbon. Son extraction est facile et pas immédiatement nocive pour l’environnement.

Alors que pour le gaz de couche les techniques sont invasives et risquées. Ce sont les mêmes méthodes que pour exploiter le gaz de schiste : des techniques non-conventionnelles qui induisent des impacts sur les nappes phréatiques, les sols et le dérèglement climatique.

 

2) On risque de manquer de gaz prochainement. Peut-on raisonnablement se passer du gaz de couche ?

 

Je comprends les critiques, d’ailleurs je pense aussi qu’on ne peut pas s’opposer à tous les projets. Il y a un rapport coûts/bénéfices à peser. Dans le cas du gaz de couche, les questions préalables à toute exploitation sont les suivantes. Est-ce qu’on sait extraire ce gaz correctement, et dans des quantités commercialisables ? Est-ce qu’on accepte de mettre en péril notre eau potable pour un résultat en gaz aléatoire ?

Il serait plus pertinent de financer des vraies solutions d’avenir. Ce gaz est une énergie fossile. Une fois le gisement épuisé, le problème de manque se pose à nouveau. Avec d’autres militants, nous avons publié à ce sujet une tribune intitulée « Au nom de la guerre en Ukraine, ne ressortons pas tous les projets gaziers enterrés ! »

 

3) Nous vivons le début d’une crise énergétique et toutes les énergies ont leurs inconvénients… Ne devons-nous pas faire des compromis ?

 

Je transpose la situation dans une image plus parlante : la salle de bain est inondée et on nous propose d’éponger l’eau avant d’avoir refermé le robinet !

Et si on commençait par supprimer ou réduire ce qui n’est pas nécessaire ? Les panneaux publicitaires lumineux, les éclairages des commerces… En parallèle on avancerait sur l’isolation des logements…  Nous devrions faire un vrai point sur nos besoins.

On est dans une fuite en avant, et nos fausses solutions d’aujourd’hui seront nos problèmes de demain. Pourtant on peut mener sur le même front la bataille énergétique, la crise financière, la crise environnementale et biodiversité, avec les mêmes solutions.

Concrètement un arbre fait le même effet que les climatiseurs. Avec plus d’arbres, nous aurions moins besoin de clim’, moins besoin d’extraction de métaux pour l’électronique, et ce sera moins coûteux pour un meilleur cadre de vie, moins bruyant, avec plus d’oiseaux et moins de moustiques ! (rires)

On peut aussi faire ses produits ménagers. Tout se fait avec quelques ingrédients. En faisant cela, nous aurions moins de bidons plastiques et plus de place dans le placard. En plus d’une économie substantielle, il y aura moins de perturbateurs endocriniens, et ces produit seront meilleurs pour la santé. C’est sûr que ça nécessitera plus d’huile de coude mais d’un autre coté, on aura des bras plus fermes qui nécessiteront moins de salle de sport (rire).

 

4) Il y a beaucoup à faire pour protéger l’environnement. As-tu d’autres projets en ce sens ?

 

Évidemment, c’est usant d’être dans la contestation contre le projet de gaz de couche ! J’aimerais vraiment que le permis d’exploitation soit refusé et que les bénévoles puissent travailler sur des chantiers constructifs pour le territoire. A titre personnel, je travaille sur la réimplantation de haies et de vergers en organisant des chantiers participatifs.

 

Prunier

 

5) Finalement, la solution ne serait-il pas de faire un nouveau choix de société ?

 

La tournure de la question n’est pas bonne car elle induit quelque chose d’impersonnel ou de subi. Arrêtons de nous déculpabiliser en attendant des mouvements des entreprises, de nos élus, ou de notre voisin….

Je pense qu’il y a une prise de conscience de plus en plus importante. Bon… il y a encore un peu de chemin à faire pour ceux qui jettent leurs déchets dans la nature ou les mégots dans de l’herbe sèche en période de sécheresse.

Malheureusement il y a encore trop peu de personnes qui passent à des actes concrets, parce qu’ils n’ont pas encore mesuré le bénéfice que les changements peuvent leur apporter et perçoivent ces mutations comme des contraintes ; alors que c’est un réel gain de qualité de vie.
En espérant que les chenilles comprennent qu’elles ont le potentiel de devenir papillon…

C’est à vous de choisir, à vous de savoir comment vous voulez vivre.

 
 
Crédit photo : photos personnelles, pixabay

Articles suivants

S'abonner

Recevez nos conférences, articles et vidéos pour l'écologie et la démocratie. Courriels rares, gratuit, pas d'usage commercial.

Actualités

La permaculture, un modèle généralisable ?

Article invité.   Apparemment, il y a encore pas mal de gens, y compris des hommes politiques comme le député Louis Boyard, qui pensent que la permaculture est un modèle généralisable. Pourtant, c'est faux.   Qu'est ce que la permaculture ?   Sur...

Qu’est-ce que la décroissance ?

Le manifeste de notre association ne comporte pas une seule fois le mot de décroissance. Cependant, les mots "sobriété" et "réduction" apparaissent plusieurs fois. Certains de nos membres se revendiquent de la décroissance, d'autres non, s'en tenant à l'écologie. Mais...

Signons la pétition pour le RIC !

Signons la pétition pour le RIC ! Ecologie & Démocratie soutient sans réserve la pétition officielle sur le RIC constituant ! Clara Egger et Espoir-RIC l'ont déposée la semaine dernière sur la plateforme de l'Assemblée nationale. Ecoutons d'abord Clara Egger. Elle...

Notre association a un an : premier bilan

Les statuts de notre association ont symboliquement été déposés en préfecture à l'occasion des 3 ans du mouvement des Gilets jaunes. C'était le 17 novembre 2021, après un long travail préparatoire. Aussi, alors que les Gilets jaunes fêtent leurs 4 ans, nous faisons le...

Le rond-point en toute simplicité

Revenir sur le rond-point, c'est un peu comme un retour en arrière avec beaucoup d'émotions : nostalgie, tristesse, colère, frustration. Cela ne doit pas être notre état d'esprit cet après-midi. Nous nous y rendrons le cœur léger en toute confiance, dans la joie, la...

Clément Caudron : « Imaginons qu’on baisse le PIB d’un facteur 2… »

Clément Caudron est ingénieur dans l'aéronautique. Il avait déjà eu la gentillesse de répondre à nos 5 questions. Le 8 octobre, Clément a participé à notre Fête de la démocratie et nous a présenté son livre "Il est urgent de ralentir, manifeste pour une écologie...

La décroissance est inévitable !

Le président de notre association Jérôme Yanez a été reçu par le Premier cercle, un podcast créé par Génération Frexit. Jérôme y explique l'intérêt politique de la décroissance et répond aux questions de sympathisants du frexit. Un résumé est ci-dessous.    ...

La France est-elle une démocratie ?

Le 8 octobre dernier, notre association a organisé la Fête de la démocratie à Saint-Léonard-de-Noblat. La première table-ronde a frappé les esprits par la justesse et l'ampleur de ses considérations sur cette question de fond : la France est-elle une démocratie ?...

Franc succès pour la première édition de la Fête de la démocratie !

Samedi 8 octobre, nous avons réuni 35 personnes à Saint-Léonard-de-Noblat pour discuter d'écologie et de démocratie. Ce rassemblement a été une belle réussite pour notre association.   A l'école du pont de Saint-Léonard-de-Noblat. A la tribune, de gauche à...

Violences sur les gilets jaunes : appel à enquêtes parlementaires

Ecologie & Démocratie s'associe à l'appel pour la création d'enquêtes parlementaires sur les violences faites aux Gilets jaunes Le mouvement des gilets jaunes a, dès l’origine, présenté des revendications qui auraient pu déboucher sur un large débat au sein du...

5 questions à Alice Desbiolles : « La sensibilité aux enjeux écologiques est intimement politique. »

Alice Desbiolles est médecin de santé publique et épidémiologiste. Spécialiste en santé environnementale, elle a publié "L’éco-anxiété : vivre sereinement dans un monde abîmé" (Fayard, 2020). Elle a critiqué la gestion gouvenementale autoritaire du Covid dans les...

Fête de la démocratie le 8 octobre à Saint-Léonard-de-Noblat

Samedi 8 octobre, notre association organise la première édition de la Fête de la démocratie. Ce sera une journée conviviale et passionnante sur la démocratie. Un thème fondamental !   Au programme   Avec Florie Marie, porte-parole du Parti pirate, Fadi...