Sélectionner une page

Vers une économie écologique

 

À Écologie & Démocratie, nous considérons que l’économie doit préserver la nature et sauvegarder un avenir positif pour l’humanité.

 

Le modèle actuel est obsolète

 

Pourtant, de nos jours, le système économique dérègle le climat, dégrade la biodiversité et multiplie les pollutions. Nous dépassons les limites planétaires. Ce modèle économique est fondé sur la logique capitaliste d’accumulation infinie, la surconsommation énergétique, la maximisation du profit, la croissance perpétuelle, une monnaie divinisée et la globalisation marchande. L’économie maltraite les travailleurs et carbure encore au pétrole et au gaz. Les lobbies d’affaire règnent. Ce modèle est obsolète !

L’économie doit changer. Le plus vite sera le mieux.

 

La juste-mesure comme ligne écologique

 

Mener une politique écologiste est notre priorité. À Écologie & Démocratie, nous estimons que toute démarche écologiste commence par une recherche de sobriété, de frugalité, en accord avec la population. Nous pensons qu’il est possible de former une société en harmonie avec la nature, conviviale et confiante en l’avenir, mais uniquement en consommant beaucoup moins d’énergie et de ressources.

Cela passe par le principe de la modération et la réduction des inégalités. C’est à condition de respecter ces principes que l’économie peut être écologique.

Nos nouveaux objets seront produits en plus petit nombre, mais ils seront réparables, sobres et durables. Nos nouvelles usines seront plus petites, moins polluantes et plus proches du lieu de consommation.

 

Une économie à l’échelle humaine

 

L’économie ne peut être un objectif en elle-même. Elle doit être au service de la société. Écologie & Démocratie promeut la construction d’une économie nouvelle, sociale, démocratisée et régulée.

En plus de ses objectifs écologiques, la reconstruction du système économique que propose Écologie & Démocratie vise à supprimer le chômage, à réduire les rapports de domination et de servitude, à accroître la mise au service de l’intérêt commun des moyens de production et à garantir des métiers plus épanouissants, ayant du sens, qui réparent la nature plutôt qu’ils ne la détruisent.

De façon générale, cela passe par des unités de production à échelle humaine, en symbiose avec les écosystèmes.

Et bien sûr, nous devons relocaliser.

 

Un exemple : l’automobile

 

Aujourd’hui, les modes de transport routiers dominent en France. Pourtant le transport routier a un impact négatif sur le climat, il est inefficace sur le plan énergétique : la plupart des déplacements pourraient être évités, sans compter les accidents de la circulation dramatiques.

L’impératif écologique commande de basculer autant que possible vers des moyens de transport durables. Le train, le vélo et le vélo à assistance sont bien plus vertueux.

 


Un exemple de véhicule écologique : un vélomobile, c’est-à-dire un tricycle à pédales autoconstruit en Bretagne, novembre 2021.
Image Le Télégramme/Olivier Desveaux

 

Les futures voitures individuelles devront être moins nombreuses, légères, peu puissantes et peu rapides. Des voiturettes sont suffisantes pour la plupart des trajets du quotidien. Quand une voiture puissante ou une camionnette sera nécessaire, il faudra recourir à la location ou à l’autopartage.

 

Savoir se préparer

 

Notre société fait face à des défis inédits. Réchauffement climatique, fin du pétrole, crises économiques à répétition… Les enjeux écologiques sont des enjeux de sécurité nationale. Le risque d’insécurité alimentaire est sous-estimé.

Nous devons avoir des objectifs de souveraineté alimentaire, d’autonomie stratégique et de résistance face à des crises multiples en simultané.

Aussi nous prévoyons un plan de résilience. Les décisions économiques ne seront pas prises en fonction du tiroir-caisse, mais dans l’objectif de donner à notre société la capacité de résister à des chocs d’ampleur.

 

Reprendre le contrôle

 

Le peuple français doit reprendre le contrôle du système économique et le piloter démocratiquement. Cette nécessaire souveraineté est le meilleur chemin pour aboutir à une économie écologique et sociale.