Sélectionner une page

5 questions à Paule Bénit : « les SDHI sont toxiques pour tous les êtres vivants »

22/03/2022

Paule Bénit est ingénieure de recherche en biochimie et biologie cellulaire à l’INSERM (1). Avec une équipe de chercheurs, elle a découvert l’existence de pesticides nocifs appelés SDHI. Elle a lancé l’alerte dès 2017 par téléphone auprès de l’ANSES (2), puis, en l’absence de réaction, elle a publié une tribune collective dans le journal Libération en 2018.

 

1) Bonjour Paule Bénit, qu’avez-vous découvert à propos des SDHI ?

 

Les SDHI sont des pesticides utilisés à grande échelle dans l’agriculture, que ce soit sur le blé, les arbres fruitiers, les tomates, les pommes de terre ou encore les pelouses des terrains de sport. Le mode d’action des SDHI est connu des scientifiques depuis les années 1970. Les SDHI agissent sur une enzyme (3) indispensable à la respiration cellulaire. Cette enzyme est présente dans quasiment tous les organismes vivants. Les scientifiques dénoncent l’utilisation des SDHI comme toxique pour tous les êtres vivants, y compris les humains, et pas seulement sur les moisissures qu’ils sont supposés éliminer. Avec Pierre Rustin, chercheur au CNRS (4), nous nous sommes rendus compte de leur utilisation massive, au point qu’on en trouve désormais partout dans la terre, dans l’eau, dans l’air et dans notre alimentation.

 

2) Les autorités ont-elles rapidement retiré les SDHI du marché ?

 

Nous demandons depuis plus de 4 ans l’application du principe de précaution mais notre agence de sécurité sanitaire française, l’ANSES, ne juge pas urgent ni leur retrait du marché ni l’application du principe de précaution. Alors que c’est demandé par maintenant plus de 450 scientifiques ! Heureusement, notre audition récente au parlement européen vient de permettre la reconnaissance de manquements dans les tests ayant conduit à l’autorisation des SDHI. Deux de ces pesticides vont être retirés du marché dès cette année.

 

3) L’ANSES devrait nous protéger, non ? Pouvez-vous nous expliquer ?

 

Cette agence publique doit évaluer le rapport bénéfice/risques de ces produits, ainsi que protéger la biodiversité et la santé humaine. Mais ici, l’ANSES n’a pas joué son rôle de protection, ni pour l’homme, ni pour l’environnement. Comment voulez-vous qu’après avoir autorisé la mise sur le marché des SDHI, les mêmes personnes admettent que leur décision puisse participer à la perte de la biodiversité ? Et participer à l’apparition de maladies neurologiques comme Alzheimer ou Parkinson ? Nous menons un bras de fer avec l’ANSES depuis 4 ans. Pour les détails, on peut lire le livre de Fabrice Nicolino.

 

Livre de Fabrice Nicolino

Le crime est presque parfait, de Fabrice Nicolino, Les liens qui libèrent, 20 €

 

4) Que donnent les derniers travaux de recherche sur les effets des SDHI ?

 

Notre Alerte a permis de faire connaître l’existence des SDHI et ainsi de susciter l’intérêt des scientifiques pour les SDHI. Elle a aussi ouvert la possibilité d’avoir des financements tant recherchés pour faire fonctionner les laboratoires. Argent attribué par l’ANSES, faisant apparaître l’ombre des conflits d’intérêt ! Désormais, de nombreux articles rapportent les effets néfastes des SDHI sur un nombre croissant d’organismes à des doses très faibles. Cela confirme nos inquiétudes. On peut maintenant s’interroger sur l’intérêt de continuer à explorer la toxicité des SDHI sur encore plus d’organismes alors que le mode d’action est établi. Sauf à vouloir gagner du temps pour faire traîner leur interdiction…

 

5) Désormais, êtes-vous scientifique ou militante ?

 

Je suis avant tout une scientifique, mais je suis aussi une citoyenne responsable. Je mets à profit mes connaissances pour défendre la biodiversité et la santé.

 

Merci Paule !

 

Pour aller plus loin :
Le site internet d’information sur les SDHI « End SDHI » : http://endsdhi.com
L’audition mardi 15 mars à la commission du parlement Européen de la pétition Pollinis sur les dangers des SDHI, accessible ici (en anglais)
La vie au temps des pesticides, une émission de France Inter
Le crime est presque parfait, de Fabrice Nicolino, Les liens qui libèrent, 20 €

(1) INSERM : Institut national de la santé et de la recherche médicale
(2) ANSES : Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail
(3) Une enzyme est une substance de l’organisme qui déclenche ou catalyse une réaction biochimique.
(4) CNRS : Centre national de la recherche scientifique

Crédit photo : capture d’écran, audition au sénat, 23 janvier 2020

Articles suivants

S'abonner

Recevez nos conférences, articles et vidéos pour l'écologie et la démocratie. Gratuit, pas d'usage commercial.

Actualités

Les 4 doléances du peuple

Des citoyens viennent d'analyser les doléances issues du soulèvement des Gilets jaunes. Alors, que veut le peuple ? Dans un article du Monde diplomatique de juin 2022, on apprend qu'un groupe de chercheurs et de citoyens a décortiqué les archives départementales de...

5 questions à Josée Provençal : « Nous devons parler de décroissance pour la préparer »

Josée Provençal est québécoise. Diplômée d'histoire, elle est docteure en science politique à l'université d’Ottawa. Elle est spécialiste des questions de décroissance et d'énergie. Elle participe à la fondation en France de l'Observatoire de la post-croissance et de...

Barrage contre barrage

Les électeurs français ont porté Marine Le Pen et Emmanuel Macron au second tour. On en prend acte. C'est la "gueule de bois démocratique", selon l'expression de l'éditorialiste Alexis Poulin. L'enjeu est lourd, il en va du destin de la France pour 5 ans, et peut-être...

5 questions à Nicolas Martin : « Nous sommes en absurdie »

Nicolas Martin enseigne la musique à des enfants dans les écoles élémentaires. Trouvant absurde le monde autour de lui, il a écrit "Non à la France à la dérive, en finir avec la lâcheté et les reniements ordinaires" (Editions de Paris, Max Chaleil, 18 €).   1)...

Pour qui voter ce dimanche ?

Vous voulez voter mais vous n'avez pas encore fait votre choix pour dimanche ? L'écologie et la démocratie comptent pour vous ? Voici notre point de vue pour vous aider à choisir.   Ecologie   Pour la grande majorité des observateurs, deux candidats font...

Clément Sénéchal : « Réélire Macron, une catastrophe pour l’écologie »

Clément Sénéchal, porte-parole climat de Greenpeace France, a donné un très bon entretien au magazine Frustration. Il y explique en quoi réélire notre président actuel serait une bien mauvaise idée, et même une catastrophe pour l'écologie.   Climat disparu  ...

5 questions à Ghislain Tissot : « L’euro est un veau d’or »

Ghislain est ingénieur. Il fait partie des membres fondateurs de notre association. Alors que l'euro a 20 ans, il publie "L'euro, une monnaie sacrée" (Amazon, 16,87 €).   1) Bonjour Ghislain ! Dans ton livre, tu compares notre monnaie, l'euro, à une divinité....

Ce que nous dit le nouveau rapport du GIEC, par Kim Nicholas

Que dit le nouveau rapport climat du GIEC, dans un langage clair ? Je vais essayer d'expliquer le résumé pour les décideurs, sans utiliser de vocabulaire compliqué. Alors voilà. Les scientifiques en sont certains : le changement climatique menace les populations et la...

Les 6 ennemis de l’écologie

Dans son numéro de janvier, le mensuel CQFD nous explique qu'il faut "en finir avec une écologie sans ennemis". En nous appuyant sur leur dossier, on peut faire la liste des ennemis de l'écologie, et il y en a 6 !   Au-delà des petits gestes   Il existe une...

Le débat écologique est si mauvais que les scientifiques s’en plaignent !

Ce mardi 1er février, une tribune signée par 1400 scientifiques est parue sur le site franceinfo. Ils se plaignent de la piètre qualité du débat démocratique sur les questions écologiques.   Qui a signé ?   Parmi les signataires, on trouve nos plus éminents...

5 questions à Inès Corinto : « les élus ne sont pas conscients du risque d’insécurité alimentaire »

Inès Corinto est une militante engagée pour l'environnement. Elle est chercheuse à l'association Intui Chain Lab qui accompagne des collectivités en matière de résilience. Conseillère municipale, elle a été candidate aux élections départementales de 2021 sous...

5 questions à Catherine Ritz : « L’Antarctique de l’Ouest pourrait s’effondrer et partir dans l’océan »

Catherine Ritz est glaciologue de haut niveau, directrice de recherche au CNRS. Elle est spécialiste de la calotte polaire antarctique. Elle a développé des modélisations informatiques des calottes glaciaires sur plusieurs siècles.   Attention ! Ne confondez pas...